Edmond Chaboche


La Culture Numérique est née en France, il y a 40 ans, elle a été créatrice d’emplois : à l’époque, le gouvernement avait construit un réseau interactif (le vidéotex) composé d’un terminal (le minitel), d’un contenu (l’annuaire électronique) et d’un processus rémunérateur tripartite pour déployer les initiatives (le kiosque) ce qui a permis de créer de nombreuses entreprises.

J'ai été à Cap Sogeti Logiciel chef de projet de l'ANNUAIRE ÉLECTRONIQUE puis j'ai créé Energie Vidéotex SA

Malheureusement, les gouvernements suivants ont abandonné la généralisation à l’Europe de la réussite française, ils se sont rapprochés de l’internet naissant géré par l’armée américaine et des hippies qui voulaient créer une société interactive, ce que nous avions déjà, le minitel était devenu indispensable et nos entreprises avaient mis au point des technologies qu’elles voulaient exporter !

Cela a eu pour effet de stopper la créativité + l’envie d’entreprendre et de stopper la recherche de solutions dans l’organisation du travail. Par exemple, à cette époque, lorsque le Président François Mitterrand, intervenant pour parler de l'emploi, avait dit : "on a tout essayé", au moment même :


Je concevais avec un minitel à la place d'un smartphone, la construction d’une base de donnée partagée de PROJETS dans laquelle on aurait d’une part les offres et les demandes d’emplois et d’autre part les TRAVAUX (en attente de devis) + des IDÉES d’emploi (les intuitions et les intentions des minitélistes) + des PLANS d’envergure qui allaient être initiateurs de nombreuses créations d’entreprises dont la création d'un moteur de recherche international pouvant fonctionner avec tous types de terminaux présents et à venir.

Cet abandon de nos technologies et de nos valeurs a laissé la place aux entreprises d’outre atlantique. Ainsi internet est actuellement détenu par les GAFAM et autres entités chinoises, ce qui est très dommageable pour nos emplois …

Pour lutter contre le chômage de masse, en puissance, je propose de mettre en place une stratégie souveraine, le support de nouveaux paradigmes d'usage d'internet, une ORGANISATION ÉTHIQUE de la culture numérique, qui nous permette de reprendre la main, avec peu d’investissements car le réseau et le terminal nous les avons (internet et le smartphone), l’annuaire électronique nous pouvons le refaire à l’échelle de l’Europe et pour le kiosque créons dans internet un ÉPI, un ESPACE Équitable, Partagé et Interdépendant.

Depuis 25 ans, je travaille pour imaginer et construire une nouvelle génération de moteurs de recherche équitables et créateurs d’emplois, de réseaux sociaux utiles à la vie quotidienne et de plateformes ou services éthiques.

Pour étayer mes propos, et réaliser des expériences, j'ai déposé au fil du temps des noms de domaines spécifiques et porteurs qui peuvent être développés tel que EMPLOI.guide, un moteur de recherche lié à l'emploi couplé à un réseau social des compétences dans lequel naviguent ceux qui se positionnent pour :

  • Chercher du travail (faire des demandes) seul, en groupe constitué, en entreprise ou en "entreprise en cours de création", pour entrer en relation via des offres d'une entité juridique ou via une base de donnée de travaux.

  • Proposer des idées de formation pour les jeunes, les chômeurs et ceux qui veulent changer de métier, mais également permettre, notamment aux seniors, d'inventer de nouvelles formations mêmes atypiques.

  • Contribuer et animer, par exemple coacher des candidats, être le mentor actif d’une pépite, rassembler les idées des internautes en matière d’emploi, participer aux augmentations de capital des entreprises créées, conseiller pour la rédaction et la signature des protocoles de création d'entreprises, faire des PLANS pour la réalisation de grands travaux, notamment numériques et ainsi passer du PLAN CALCUL, cher au Général de Gaulle, mais qui n'a pas été poursuivi, au PLAN souveraineté française des MOTEURS de RECHERCHE et des RÉSEAUX SOCIAUX du FUTUR !


EMPLOI.guide, ce premier Moteur/Réseau n'est pas tout seul, c'est la première pierre d'un NOUVEAU MEDIA composé de 100 noms de domaines, que je nomme "Bases du changement" qui déploient des milliers de SERVICES, chacun étant créé par son éditeur, en utilisant le progiciel approprié au type de service qu'il veut construire.

***

J'ai commencé ma carrière dans l'informatique naissante. 12 ans plus tard j'ai été l'un des pionniers de la télématique balbutiante (utiliser la téléphonie pour faire interagir un minitel à un ordinateur distant, nommé serveur) et à ce titre j'ai œuvré à son succès :

  1. En tant que chef de projet de l'annuaire électronique

  2. En créant la première start-up au monde Énergie Vidéotex SA

  3. En suggérant au Ministère des Postes et des Télécommunications de répartir ses gains engendrés par le temps passé sur minitel (ou sur un PC émulant un minitel) vers les centres serveurs (qui eux-mêmes répartissaient, toujours au temps passé, leurs gains vers leurs clients hébergés)


Douze ans plus tard est apparu l'internet, ne permettant pas un modèle économique fonctionnant au temps passé. La logique aurait été de le remplacer par des abonnements pour une durée donnée, mais le modèle économique de la gratuité, financé par la publicité, a pris le dessus, d'ou les problèmes de dépendance posés aujourd'hui. nous devons donc mettre en œuvre un processus généralisé de gestion des abonnements avec redistributions aux services qui ont fait les développements !

Cela c'est la base pour retrouver notre souveraineté des années 1980 ! Car ce n'est certainement pas en copiant les géants du net, que nous y arriverons, mais plutôt en considérant qu'il faut être pionnier de l'évolution des prochaines années.